Bonjour à tous !

Nous voilà en Amérique latine, nous attendions ce moment depuis longtemps. Nous atterrissons le soir à Quito, ville dans les Andes perchée à 3000m d’altitude. C’est quand même la plus haute capitale du monde après La Paz ! En sortant de l’avion, Olivier et moi sentons immédiatement notre cœur s’emballer. Après 5 mois passés à la mer, quel choc de se retrouver à la même altitude que le glacier de la plaine morte à Crans-Montana ! Au réveil le lendemain matin, nous nous sentons très fatigués comme si on avait passé sous un rouleau compresseur. Nous avons la peau craquelée aussi.  Nous avions plein de projets de randonnées dans les Andes mais nous nous rendons vite compte qu’il va falloir « acheter l’air » pendant quelques jours avant de se lancer.

Nous profitons lentement de Quito (nos jambes sont lourdes) en bus mais aussi à pieds. Nous découvrons son centre historique inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO avec ses façades du XVII siècle, ses places pittoresques et ses églises aux influences espagnole et indienne. Nous rencontrons très peu de touristes, les Quitenos (habitants de Quito) donnent le cachet équatorien. Nous nous promenons dans les quartiers vallonnés où l’on peut contempler un panorama juste exceptionnel à chaque coin de rue. A l’ouest de la ville se dresse le volcan Pichincha, très impressionnant.

Après 4 jours, nous décidons d’aller en taxi dans une petite ville plus au nord, Otavalo. Nous préférons « sonder »l’état des routes avant de louer une voiture. Après avoir roulé dans à peu près tous les pays que l’on a traversés, Olivier se sent d’attaque pour rouler sur les routes équatoriennes à notre retour d’Otavalo. Nous logeons dans une hacienda magnifique où nous avons une cheminée dans notre chambre et où nous trouvons avec tant de joie une bouillotte dans chaque lit le soir. En Equateur, il fait toujours la même température, soit 9°C le matin et maximum 25°C en journée, c’est très agréable. Par contre, les habitations sont très froides à l’intérieur d’où les petits feux de bois dans la cheminée bienvenus!

Nous nous rendons dans le plus grand marché d’Amérique du sud : nous ne prenons pas l’appareil photo car on a lu qu’il y avait beaucoup de pickpockets, nous le regrettons car c’était vraiment une ambiance bonne-enfant. Nous rejoignons les équatoriens dans notre quête de bonnes affaires ; nous apercevons des indiens qui portent le costume traditionnel et sont très fiers de leur apparence. Les femmes ont des blouses blanches brodées de fleurs, de longues jupes en laine, des fachalinas (foulards), des ceintures tissées, des sandales de toile et des colliers dorés, portant leur enfant dans le dos bien emmitouflé dans l’écharpe. Les hommes mettent des chapeaux de feutre, des ponchos bleus et arborent une longue natte, quels cheveux magnifiques ils ont tous ! Nous nous trouvons au milieu d’équatoriens qui viennent au marché pour acheter des ustensiles de cuisine, des fruits et légumes, des animaux et des textiles, c’est merveilleux à voir ! En entendant les conversations, nous nous rendons compte que nous achetons nos choses au même prix que les locaux. Bien sûr, le marchandage fait partie du jeu !

Nous revenons sur Quito et empruntons notre voiture pour descendre à Banos, village situé à 170 km de Quito. Nous n’avons pas de GPS, le GPS d’Equateur n’existant pas. Avant de partir, l’itinéraire googlemaps nous indique que le trajet prendra 2h30 ; mais voilà qu’on monte une montagne puis que l’on descend puis qu’on en monte une autre puis redescend… Imaginez qu’on a fait finalement 6h de montées et descentes dans la montagne, mon dieu !!! Qui plus est, Nolé nous a bien arrosé la voiture de vomi, quelle journée… Vive la cordillère des Andes :) !

Nous arrivons donc épuisés à Banos, village perché sur les pentes de l’inquiétant volcan actif Tungurahua (« gorge de feu » en quichua). Ce village compte plusieurs bassins d’eaux thermales bouillonnantes, une jungle dense, des rivières et des cascades vertigineuses. C’est une destination idéale pour les sports extrêmes mais nous restons cool-cool en allant nous promener sur les hauteurs du volcan tout en admirant la vue époustouflante et dans le village animé où nous avons pu manger une fondue bourguignonne, c’était la fête :) :) :) :) !!!! Les enfants vont jouer à la très belle place de jeux (la plus belle que l’on ait vu de tout le voyage) et y rencontrent des Antillais, quelle joie de pouvoir enfin parler français !

Nous allons passer encore quelques jours dans ce village merveilleux puis nous descendrons la montagne (encore…) pour nous diriger en Amazonie qui se trouve à 3h de route d’ici (c’est ce qu’on verra…), que d’aventures nous attendent encore !

Merci beaucoup de nous suivre, on aime toujours autant vos commentaires !

Gros bisous de nous 4