Nous voilà partis pour l’Amazonie !

Nous partons du volcan Tungurahua et empruntons une route magnifique qui descend petit-à-petit dans la jungle ; la végétation est de plus en plus dense, la température et l’humidité augmentent, nous troquons nos habits chauds contre un short et un T-shirt ! Olivier dépasse les camions tout en évitant les trous dans la route ainsi qu’un troupeau de chevaux, concentration maximale !

Après 3h de route et 20 minutes de pirogue, nous arrivons enfin sur Anaconda island. Nous découvrons une lodge toute simple et sommes accueillis merveilleusement par Francisco et Sylvia qui nous font la bise comme si on se connaissait depuis toujours. Il y a une autre famille avec 2 filles du même âge que Mya et Nolé et un père et son fils. Il n’y a que 4 maisons qui n’ont pas de fenêtre mais que des moustiquaires, nous sommes au milieu de la jungle au bord du Rio Napo et nous sommes bercés par le bruit des animaux, c’est génial !

L’après-midi, nous partons déjà pour un treck dans la forêt vierge avec César, notre guide qui ne parle que l’espagnol mais comprends quand même quelques mots en français et anglais. Il nous apprends beaucoup sur les plantes et leur vertus pharmaceutiques, c’est super intéressant. Nous allons visiter une famille Kichwa qui a un cayman dans leur étang… la grand-mère nous prépare une pâte de chocolat faite avec les fèves de cacao locales, les enfants en reprennent 2 fois tellement c’est bon ! César nous apprend à tirer à la sarbacane, c’est super difficile en fait car elle est lourde. Il fait nuit quand nous revenons à notre camp, la lampe de poche de César ne fonctionne plus beaucoup, c’est donc dans la nuit noire de la forêt vierge que nous marchons ; je vous assure qu’il fait nuit noire et que le bruit des animaux est super impressionnant, quelle aventure !

Chaque jour, nous allons faire un treck de 2-3h dans la forêt primaire ; César nous ouvre la voie avec sa machette ; les équatoriens étant à peine plus grands que Mya, avec Olivier nous nous prenons toutes les toiles d’araignées dans la tête, vite vite un chapeau ou une casquette ! Les enfants se motivent les uns les autres, on a tous beaucoup de plaisir à marcher dans cette forêt dense. Je sais que nous sommes entourés de bestioles vraiment dangereuses mais je me concentre sur mes pas. Je vois quand même à plusieurs reprises les fougères s’agiter au passage de celle qui est devant moi mais je ne me pose pas de questions… César nous a aussi dit qu’il ne fallait en aucun cas s’agripper à une plante ou un arbre, ceux-ci pouvant être habités par des fourmis de 3cm de longueur très vénéneuses ou autres sortes d’insectes ! De retour au camp vers 16h, nous mangeons avec grand plaisir le repas préparé par le meilleur cuisinier d’Amazonie s’il vous plaît ! Francisco vient s’asseoir avec nous pour discuter, il est vraiment très sympa. C’est assez difficile de vous expliquer ce qu’on a vécu là-bas tellement c’était intense. On dit au-revoir à tout le monde et c’est avec le cœur lourd que nous partons de ce petit paradis. C’est sans aucun doute, une des expériences les plus fortes de notre voyage.

Bises à toutes et tous